•  

    Diégo a quitté son manteau 

    Diégo a quitté son manteau

    Diégo a quitté son manteau

    Diégo a quitté son manteau

    Diégo a quitté son manteau

     

     

    « Compte plutôt sur ton âne que sur le cheval  de ton voisin. »

     

    Nous dit un proverbe Auvergnat

     

     

     

     Ah !  Ces grands marcheurs,  c’est pas gentil pour ses voisins !

     

     Pour tant Baruch Spinoza  l’a écrit :

     

    « l’homme n’aura jamais la perfection du cheval »

     

    Oui  le cheval est la projection des rêves que l'homme se fait de lui-même : fort, puissant, beau, magnifique. Il nous offre la possibilité d'échapper à la monotonie de notre condition. le bonheur souffle entre ses oreilles

     

     

     

    "Le cheval est l'artiste le cavalier est son chorégraphe."
    (Michel Henriquet)

     

    Ils ne font qu'un, dans un même mouvement, une même légèreté,

     

    Dans un équilibre où se répondent la retenue et l'abandon,

     

     La souplesse et la fermeté, la puissance et la délicatesse.

     

    C'est une danse

     

    Où le cheval n'a plus sa tête. Un esprit l'habite.

     

    Où le cavalier n'a plus de jambes. il va au pas, il trotte, il galope.

     

    C'est presque une musique que rythment les sabots tintant.

     

    Comme des claquettes…..

     

     

     

     

     

     

     

    "Le cheval...Un animal dangereux a ses deux extrémités,et inconfortable au milieu." Mais heureusement   "L'extérieur du cheval exerce un influence bénéfique sur l'intérieur de l'homme."
    (Winston Churchill)

     

     

     

    "Le cheval enseigne à l'homme la maîtrise de soi, et la faculté de s'introduire dans les pensées et les sensations d'un autre être vivant."
    (Alois Podhajsky)

     

     

     

    Jette ton coeur par dessus l'obstacle, et le cheval suivra

     

    « Je vois parfois dans le regard d'un cheval la beauté d'un monde d'avant le passage des hommes ; »

     

     ( Bartabas)

     


    5 commentaires
  •  

    Diégo ce matin  enfin non c'était hier car aujourd'hui tout est blanc après grand vent ...

    Diégo ce Matin

    Diégo ce Matin

    Diégo ce Matin

     

     

    Le cheval

    Et le cheval longea ma page.
    Il était seul, sans cavalier,
    Mais je venais de dessiner
    Une mer immense et sa plage.
    Comment aurais-je pu savoir

    Diégo ce Matin

    D'où il venait, où il allait ?
    Il était grand, il était noir,
    Il ombrait ce que j'écrivais.

    J'aurais pourtant dû deviner
    Qu'il ne fallait pas l'appeler.
    Il tourna lentement la tête
    Et, comme s'il avait eu peur
    Que je lise en son coeur de bête,
    Il redevint simple blancheur.

    Maurice Carême

     

     

     

    Heureusement le soleil revient,  Diégo pour la blancheur,  avec ou sans manteau, c’est plus celle de la terre.  Il adore se rouler  les quatre fers en l’air.    Alors il ne reste que ses grands yeux noirs … et il repart au grand galop

     


    3 commentaires
  •  

    Hiver, vous n'êtes  qu'un  vilain ... !!

    Hiver, vous n'êtes  qu'un  vilain ... !!

    Hiver, vous n'êtes  qu'un  vilain ... !!

    Hiver, vous n'êtes  qu'un  vilain ... !!

    Hiver, vous n'êtes  qu'un  vilain ... !!

    Hiver, vous n'êtes  qu'un  vilain ... !!

     

     

     

    L'hiver est blanc, L'hiver est froid, la neige tombe doucement…

     

     

     

    « Si doucement neigé que le chaton noir croit rêver.

     

    C'est à peine s'il ose Marcher se sentant soudain étranger

     

    À cette blancheur où se posent, comme pour le narguer,

     

    Des moineaux effrontés. »

     

    Maurice Carême

     

     

     

     

     

    Hiver, vous n'êtes  qu'un  vilain ... !!

     

     

     

    « Hiver, vous n'êtes qu'un vilain,

     

    Eté est plaisant et gentil,

     

    En témoin de Mai et d'Avril

     

    Qui l'accompagnent soir et matin.

     

    Eté revêt champs, bois et fleurs

     

    De sa livrée de verdure,

     

    Et de maintes autres couleurs,

     

    Par l'ordonnance de Nature.

     

    Mais vous, hiver, vous êtes plein

     

    De neige, vent, pluie et grésil :

     

    On doit vous bannir en exil.

     

    Sans vous flatter je parle plein,

     

    Hiver, vous n'êtes qu'un vilain ! »

     

    Charles d'Orléans

     

     

     

     

     

    « Toc ! Toc ! ouvrez-moi ! 

     

      Toc ! Toc ! bonnes gens, ouvrez-moi !   Ayez pitié d’une mésange. 

     

     Puis-je venir dans votre grange ?   Dans le verger, il fait si froid. 

     

     Toc ! Toc ! bonnes gens, ouvrez-moi !  La neige recouvre la terre ;

     

     Je suis seule et n’ai plus de mère.  Il fait si chaud sous votre toit. 

     

    Toc ! Toc ! bonnes gens, ouvrez-moi ! Je me contenterai des miettes

     

    Qui resteront dans vos assiettes. Comme on doit être bien chez soi !

     

    Toc ! Toc ! bonnes gens, ouvrez-moi ! Je serai toujours propre et sage,

     

    Mais ne me mettez pas en cage ; Il est si triste, cet endroit. 

     

     Toc ! Toc ! bonnes gens, ouvrez-moi !  Je ne serai pas une ingrate ;

     

     Je chanterai une sonate,  Pour vous, au printemps, dans le bois. »

     

    Gérard Illberg

     

     

     

       Mais encore..... pour nous,… on avance dans l’hiver..... à force de printemps !!

     


    5 commentaires
  • L'oiseau a froid

     L'oiseau a froid

     L'oiseau a froid

     L'oiseau a froid

     L'oiseau a froid

     L'oiseau a froid

     

    "Voici venir l'Hiver dans son manteau de glace.
    Place au Roi qui s'avance en grondant, place, place !
    Et la bise, à grands coups de fouet sur les mollets,...

     

    Heureux ceux-là qu'attend la bonne chambre chaude !
    Mais le gamin qui court, mais le vieux chien qui rôde,
    Mais les gueux, les petits, le tas des indigents..."

     

    Jean Richepin

     


    "L'oiseau frissonne, ...l'herbe a froid

    Chaque jour perd une minute,
    Chaque aurore.... pleure un rayon."

    V.H.

    Enfin l'hiver arrive et les minutes reviennent

    L'ombre décroît,   l'azur croît,

    Il fait  toujours plus froid

    Alors je pense aussi à ces petits oiseaux !!!

     


    5 commentaires
  •  

    L'automne de Modestine

    L'automne de Modestine

    L'automne de Modestine

    L'automne de Modestine

    L'automne de Modestine

     

     

     

    Modestine va rejoindre la bergerie pour l'hiver avec les moutons qu'on lui a confié tout l'été ...Elle  est au dessus de tout cela... 

     

    "Les ânes préfèrent la paille à l'or."

     

    Héraclite, VIe siècle av. J.-C.

     

     

     

    "l'âne  reflet de la société au travers des âges..., car depuis plus de cinq mille ans il accompagne les hommes sans ménager sa peine,"

     

     

     

    Les ânes de l'Égypte ancienne incarnaient le maléfice..  les auteurs évoquent  l'Hémione, ce demi âne à la robe rouge,

     

     

     

     Dans la mythologie grecque " mysienne", les ânes furent sacrifiés au nom de Priape dieu de la fécondité...(  la déesse Hestia fut avertie par le braiment d'un âne et put  échapper aux ardeurs de Priape....)

     

     

     

    À la Renaissance, le philosophe italien, Giordano Bruno, immortalise l'âne en modèle d'érudition.  bon...( Giordano coupable d'hérésie,  fut brûlé )

     

     

     

     Au XIVe siècle Giotto di Bondone, dans la chapelle Scrovegni, crée "la fuite de l'enfant jésus en Égypte" juché sur un magnifique âne gris

     

     1694..., Charles Perrault lance le fameux conte "Peau d'âne",

     

    1956 ..l'âne  atteint son apogée, grâce aux recueils de poèmes de l'auteur espagnol Juan Ramon Jiménez "Mon âne et moi" qui obtient un prix Nobel de littérature. 

     

    Mais en France, en ce siècle là, " les bonnets d'ânes" faisaient la couverture des fascicules d'orthographe.  Hachette ( bon...  chez les grecques, Apollon, fils de Jupiter, avait puni le roi Midas en l'affublant de grandes oreilles, )

     

     

     

    "Dans les temps anciens, il y avait des ânes

     

    que la rencontre d'un génie faisait parler.

     

    De nos jours, il y a des hommes

     

    que la rencontre d'un génie fait braire."

     

     Victor Hugo.

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique