•  

    Romans –Bourg-de- Péage toute une histoire ,

     

     Romans et  Bourg de Péage  sur Isère. Une histoire de pont.

     

     En 810 Saint Barnard Archevêque de Vienne, ami de Charlemagne, crée là   un monastère Bénédictin et sa résidence d’été en bordure de l’Isère.

     

     Le passage de l’Isère  rivière torrent se faisait  là par un gué connu des romains , puis par un bac  et enfin un premier pont  en 1030.

     

     En  1240  l’archevêque de Vienne  Jean de Bernin fit construire les premières piles en pierre. Mais aussi prélevait pour le Chapitre de St Barnard  un droit de pontage grâce à la maison du « Péagier » située sur l’autre rive. Un bourg s’y développera face  à la ville de Romans et son  chapitre de Saint Barnard.

     

    L’humble monastère devient vite un Chapitre riche et puissant,  face « à la tyrannie barbare de la constitution féodale » du chapitre, les Romanais se révoltent en 1280. Ils sont  condamnés à construire « Mont-Séguré » une forteresse refuge pour les chanoines jusqu’en 134 avant de venir prison.(Mandrin y coucha) Aujourdhui  de cette place forte il ne reste qu’une Tour avec un Jacquemart.

     

    C’est en l’église Saint-Barnard de Romans , le 30 mars 1349 que le Dauphin Humert II signe  l’acte de transport de ses états à la couronne de France..

     

    Le lendemain Philippe VI de Valoi est à Romans. Le 16 août 1349 le fils du Roi, nouveau Dauphin, établit sa résidence dans le couvent des frères Mineurs de Romans… Le 15 mai 1949, les Romanais ont fêté les 600ans du rattachement du Dauphiné à la France ….

     

     

     

    1576  cahier de doléance et Ėtats Généraux de Blois,  1579  Catherine de Médicis séjourne à Romans, 1580 « Les "rebelles"  se recruteront parmi les artisans du textile de Romans » , (la première activité économique de la ville)

     

     

     

    1580 le Carnaval de Romans : « Pendant quinze jours, en février 1580, les habitants de la cité de Romans ..se sont déguisés, masqués de toutes les manières. Ils ont dansé à perdre l'âme, joué, couru, concouru, défilé. Ils se sont défiés entre artisans et notables dans le happening quotidien du Carnaval. Un théâtre populaire et spontané opposait rue contre rue, confrérie contre confrérie. Puis, au terme d'une embuscade, montée par le juge Guérin, personnage de Série Noire, les Romanais se sont entre-tués. »

     

    (Emmanuel Le Roy Ladurie)

     

     

     

    C’est en l’église du couvent des Cordeliers de Romans que le 10 septembre 1788, les Etats Généraux du Dauphiné s’assemblent (22 jours en septembre et 16 jours en janvier)

     

     Le 22 juillet 1888 Sadi Carnot est à Romans pour  poser la première pierre  du monument du centenaire des Etats Généraux du Dauphiné.

     

    Le couvent des Cordeliers (Frères Mineurs) fondé en 1231 par Jean de Bernin abrite la Mairie depuis 1790 (Son église construite en 1252  a été détruite en 1802)

     

     

    Romans –Bourg-de- Péage toute une histoire

    Romans –Bourg-de- Péage toute une histoire

    Romans –Bourg-de- Péage toute une histoire

    Romans –Bourg-de- Péage toute une histoire

    Romans –Bourg-de- Péage toute une histoire

    Romans –Bourg-de- Péage toute une histoire

    Romans –Bourg-de- Péage toute une histoire

     

    C’est bien  ce gué  puis ses ponts qui ont fait de Romans Bourg de Péage  un point  stratégique de la vallée du Rhône .. En 1814 le pont est miné pour arrêter les troupes autrichienne.. 1870 le pont ne sera pas détruit mais les autrichiens occuperont la ville …

     

     le 18 juin 1940  « l’ autorité militaire française se replie sur la rive gauche » (Bourg de Péage) les ponts sont détruits les allemands arrivent le 22 « et les obus français tombe sur la ville, alors que les projectiles allemands sont dirigés sur Bourg de Péage » L’Armistice  est signé le 25 juin » les allemands quittent la ville le 5 juillet 40 pour y revenir en septembre 43….

    Romans porte du Vercors ….Le 22 août 1944 le Maquis libère la villes…les américains arrive le 23. mais le 27 août les allemands réoccupent la ville pendant 3 jours ..Toujours cette histoire de Pont !!

     

    Romans  c’est la Pogne, les Ravioles…ce fut longtemps « La capitale de la chaussure »

     

    C’est aussi la ville d’une des premières églises en béton armée (gothique-moderne) Réalisée en 1938 par  François Béranger avec une « Notre-Dame » de 7 m à 45m du sol.

     


    4 commentaires
  •  

    Le grand portail de l’abbatial de Saint-Antoine

    Le grand portail de l’abbatial de Saint-Antoine

    Le grand portail de l’abbatial de Saint-Antoine

    Le grand portail de l’abbatial de Saint-Antoine

    Le grand portail de l’abbatial de Saint-Antoine

    Le grand portail de l’abbatial de Saint-Antoine

    Le grand portail de l’abbatial de Saint-Antoine

     

     

     

    « L’église abbatiale de Saint-Antoine  est tenue pour l’une des plus pures expressions de l’art gothique dans le Sud-Est de la France »

     

     Commencée à la fin du XIII° siècle 1280,  1337 reprise des travaux  (suite au retrait des bénédictins en 1297 par la bulle  de Boniface VIII) l’église sera terminée à la fin du XV° siècle au moment de l’apogée de l’Ordre des Antonis .(  plus deux cents commanderies en Europe) 

     

    Imposante église, à la façade massive qui  semble inachevée dans son élan vers le ciel.

     

    «Façade d’une intimidante majesté »

     

    Presque en opposions  avec l’élégance et la qualité de ses magnifiques sculptures.

     

     

     

     

     

     Le grand portail :

     

    « La voussure supérieure est occupée par 20 couples d’anges. Au sommet de la voussure médiane trône Dieu le Père entouré d’anges, de chérubins, et de séraphins. La voussure inférieure montre douze personnages  assis, qui représenteraient des prophètes, dont Moïse (avec son front cornu et ses tables de la Loi) »

     


    3 commentaires
  •  

    Pierre-Chauve 

     

    Du Col du Tourniol,  plus de 60 ans que je  pratique…

     

    La grimpée jusqu'à l'immense croix dressée au sommet de Pierre Chauve.de là       «  la vue est fabuleuse » :

     

    à Ouest  la plaine de Valence  en arrière c’est l'Ardèche,

     

    à l’Est le Vercors  jusqu'à la Grande Moucherolle.

     

    à 1300 m Éole apporte de la fraîcheur…

    Pierre-Chauve

    Pierre-Chauve

     

     

     

    Le matin parfois c’est un moment magique, « comme en Bretagne on a la mer à ses pieds » On  est au-dessus des nuages puis le soleil arrive et la mer monte  vous enveloppe  avant de s’évaporer  dans le bleu du ciel ..

     

     

     

    La croix de Pierre-Chauve garde aussi quelques mauvais souvenirs

     

     1944,  la prise du Vercors…

     

    Mais aussi le lundi 10 avril 1989 30 ans déjà.

     

    Une  erreur de navigation dans le mauvais temps …et c’est

     

    la catastrophe aérienne du Fairchild FH 227B n° 532 ...

     

    « Vers 21 h 10, la tour de contrôle de Mont-Verdun, près de Lyon, perdait le contact radio avec le Fokker 27. Huit minutes  avant l'atterrissage à Valence. »

     

    Les restes de l'avion avec ses 19 passagers, dont 3 enfants, plus les 3 membres d'équipage « sont localisés au pied de la «Pierre-Chauve», une falaise qui s'élève comme une muraille au-dessus du col de Tourniol »

     

    (Les mauvaises conditions météorologiques  auraient amené le pilote à virer trop près des montagnes avant d’entamer sa descente sur Valence)

     


    3 commentaires
  • Saint-Antoine

    Saint-Antoine

    Saint-Antoine

     

    La chasse de Saint-Antoine : offerte en 1648 par Jean du Vache ; En bois de poirier bruni et appliques d’argent, Est l’œuvre de l’artiste grenoblois  Jean Eynardon ( 6 scènes extraites de la « vie d’Antoine » sont représentées  sur les deux faces. Les côtés sont ornés des armoiries du donateur .

     

     

     

    « Au diocèse de Vienne se trouvait jadis une ville appelée La Motte, aujourd’hui Saint-Antoine ; c’est là qu’est situé le monastère de ce nom »

     

     La Motte-au-Bois ou la Motte forestière ? jusqu’au XI° siècle et « la mythique arrivée des reliques  de l’ermite égyptien »

     

    St-Antoine donne une impulsion au village les guérisons et les miracles attirent  les pèlerins..

     

     En 1088, Les Bénédictins d’Ales  viennent surveiller la construction de l’église qui va abriter les reliques et créent un prieuré…

     

    Au XII° siècle les sœurs et frères Hospitaliers  fondent la  Maison de l’Aumône et la maison des Pauvres (fondations laïques) avec l’appui du Saint-Siège et en implantent dans toute l’Europe : Italie ,Flandre, Allemagne.

    Saint-Antoine

    Saint-Antoine

     

     Avec son premier Maître Pierre Sofred (1200) l’ordre se voit octroyer des exemptions de péage et tributs…C’est la querelle les Bénédictins sont « rappelés » en Provence.. Les Hospitaliers se voient élevés au rang de chanoines réguliers et la maison de l’Aumône est érigée en abbaye..

     

      L’Ordre de Saint-Antoine fut créé  le 13 avril 1298 « Statuta monasterii sancti  Antonii Viennensis » 

     

     

    Le flux des malades venus implorer la clémence du saint fait naître l’Hôpital des « démembrés » et l’Hôpital des « infects »  avec médecins, apothicaires et chirurgiens… instruments chirurgicaux  et amputation à la scie.. (Peste de feu (945), ardeur mortelle ( 1039), feu infernal (1105), mal des ardents feu saint Antoine…) 

    « Les Antonins utilisait aussi des baumes dans la composition desquels entraient des plantes (pavot, verveine, renoncule, gentiane, etc.), enfin il y avait le saint vinaigre dont on peut penser que l’effet vaso-dilatateur était utile. »

     

     


    3 commentaires
  •  

    La chapelle de Saint Jean de Fromental

     

     

     

    La chapelle St-Jean de Fromental est située sur le rebord du plateau de Chambaran sur le chemin de Compostelle une variante du GR 65 démarrant de Gillonnay  vers St-Antoine-l'abbaye puis La Roche-de-Glun
    d'où l'on peut soit remonter sur le Puy-en-Velay ou descendre vers Arles…

     

     

     

     

    « St-Jean le Fromental est en fait
    St-Jean-Baptiste
    qui préserve les épis de froment »

     

     

     

     

    La chapelle de Saint Jean de Fromental

    La chapelle de Saint Jean de Fromental

    La chapelle de Saint Jean de Fromental

    La chapelle de Saint Jean de Fromental

    La chapelle de Saint Jean de Fromental

     

    L'église St Jean le Fromental est connue au Xème siècle (964). Elle appartient pendant environ un siècle (1181-1297) aux moines bénédictins de Montmajour à qui Ardenc de Vinay, son propriétaire, en avait fait don. Elle est ensuite cédée aux Antonins qui l'ont sous leur protection pendant environ cinq siècles. Deux ans avant la révolution (1787), elle est rattachée à la cure de St Antoine. Après la révolution, elle est définitivement octroyée à la paroisse de Dionay.

     

    De son origine préromane, il ne reste guère ou plus de traces ; cependant, elle présente des éléments d'architecture, du XIIème siècle, tels que, le portail et la fenêtre du pignon entre autres. Des éléments plus tardifs, (XV-XVIIIème siècles) comme le clocher, la chapelle latérale, les contreforts.

     

    « Deux tilleuls plantés en 1731, viennent s'y ajouter pour lui

     

     donner son aspect actuel »

     

     Classée monument historique en octobre 1910

     

    La cloche qui orne une des deux arcades du clocher, est vraisemblablement une des plus vieille du Dauphiné classée au titre d'objet en février 1913,  elle est encore en état de fonctionnement

     

    Une récente restauration a révélé des peintures murales tout à fait remarquables..Mais la porte était fermée.

     

    Tout proche d'elle, au nord, se trouve une motte castrale (IX-Xème siècle) nommée "le Cul de Perrette".

     

    « Ce tertre était entouré d'un fossé,[], le sommet étant occupé par une forte palissade en bois avec un fortin et sa tour de guet. » (La motte est considérée comme un château fort primitif)

     

      La suite de notre randonnée est à  2.7 km,  Saint Antoine l'Abbaye..

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique