•  

    I ) L'Abbatiale de Simorre (Gers), "perle de l'Astarac..".                  Les Stalles (début XVIe)

     

     

    "Les Stalles de Simorre témoignent de la verve des huchiers de Astarac"

    R Duvernoy

     

    L'Abbatiale de Simorre (Gers), "perle de l'Astarac..".

    Aujourd'hui on la nomme " Eglise Notre Dame de l'Assomption" de Simorre

    Abbatiale édifiée au XIVe siècle elle sera" hautement" remaniée au XIXe par Viollet-Le-Duc...

    Les Stalles (début XVIe)

    L'ensemble de 39 stalles a été mis en place sous l'abbatiat de Roger de Labarthe 1492-1519 par Jean Marre (grand-maître d'oeuvre gascon) "26 stalles hautes et 12 stalles basses plus le siège abbatial " toutes en position cathedra" ( mode basque ou espagnole) ... c'est seulement après 1780, qu'elles seront placées dans le chœur.

    Des panneaux ont été sculptés aux l'entrées :           

      1) Adam et Ève au Paradis avec saint Matthieu et saint Jacques,                                                     

      2) martyre de saint Sébastien et lapidation de saint Étienne.                                                    

      3) Baptême du Christ avec saint Jean-Baptiste (agneau) et saint Jean (aigle),                          

      4) Baptême de Clovis avec saint Pierre (clé) et saint Paul (glaive).                                                 

            Les miséricordes sont simples.                                                                                                                                 

    Les Stalles de Simorre

    Les Stalles de Simorre

    Les Stalles de Simorre

       Les accoudoirs sont sculptés de petits personnages religieux ou laïcs.  

    A suivre ....  


    4 commentaires
  •  

    La nuit à moins d'une minute ..

     

    toujours un bel instant quand le soleil descend !

     

     

     

     Etre en forêt, voir le soleil descendre  plus un bruit bel instant où c'est plus le jour mais pas encore la nuit  les oiseaux se cachent dans les branches ..


    3 commentaires
  •  

     

    Nicolaï GRESCHNY


     


    "Sur la palette du peindre s'étalent les fragments de sa vie et la constellation des couleurs  révèle à qui sait le voir les secrets de son âme"  nous dit Vincent Roux...


    :


     


    Nicolaï GRESCHNY   né à Tallin, Estonie en 1912  mort  en 1985 à La Maurinié 81430 MARSAL


    Un peintre au nom à consonance mi-grecque, mi-russe, Greschny, qui a couvert, dans une quasi clandestinité un hectare (10.000 m2) de fresques dans  le Tarn  ?


     


      Nicolaï est enterré. dans "sa" basilique " orthodoxe "., qu' il a construit de ses mains selon les canons classiques et l'a revêtu d'icônes.( pour pouvoir se marier selon le rite byzantin) à la " Maurinie ", au bord d'un méandre du Tarn non loin d'Albi ..


     


    Une extraordinaire vie  : que dire un roman du 20ème siècle .. (à découvrir sur son site ) 


    Ses ancêtres furent condamnés par Ivan IV le terrible, à perpétuité au métier de peintre d'icônes pour avoir opté contre Moscou, en faveur du schisme orthodoxe, dit des " Vieux Croyants ".C'est ainsi qu'après migration d'Ukraine aux pays Baltes, où Nicolas va naître, fils de Pope et de peintre. avec tout le savoir théologique et artistique de la tradition  (une l'héritier d'une lignée ininterrompue de fresquistes,)


    1933 il  fuit devant les nazis à Vienne il peint des icônes qu’il vend pour subvenir à ses besoins,( ce qui est contraire à la tradition sacrée des icônes).... 1938 Venise .. en  mai 1940 :  il est arrêté à Orléan comme apatride - On lui vole son trésor : les " Podlinniks ", c'est à dire la collection familiale de tous les modèles de l'art byzantin (le plus grand regret de sa vie)


     Battu et maltraité, il est envoyé au camp de Saint-Cyprien, il s'en évade  grâce à l’évêque de Perpignan.;... 1942 il arrive à Albi ...


     à suivre ..

     

     les fresques de Nicolaï

     les fresques de Nicolaï

     les fresques de Nicolaï


    4 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

     Penne 81

     

     

     

    Penne

                                                Nid d’aigle ou citadelle du vertige  ???

     

     

    Penne,  vieux bourg sur un  piton rocheux  de la pittoresque rive gauche  de la rivière Aveyron .

     

     Tout en haut  son château  ruiné  démantelé en 1586 ( aujourd'hui en restauration )   fini de donner tout son charme à ce site remarquable ..

     

     Le château surplombant les gorges de l'Aveyron de près de 400m . a été classé Monument Historique en 1902

     

     Mais nous sommes ici  dans le Tarn...  en bordure du Tarn et Garonne...

     

     Heureusement  La guerre de Troie n'aura pas lieu, même si à 10 km de là, les deux châteaux de Bruniquel sont dans  Tarn et Garonne ... avec un position  presque semblable .

     

    On m'a dit:

     

    "Le château de Penne est en concurrence (gentille) avec son voisin : le château de Bruniquel qui est certes en meilleur état mais Penne a un "je ne sais quoi" qui lui donne un charme fou"..

     

      "Sa sauvegarde s'imposait.. mais tardait à venir "...

     


    2 commentaires